Domitille Thérapie Cabinet de Psychothérapie
Consultations par téléphone
HORAIRES Cabinet ouvert tous les jours Sur rendez-vous
CONTACT Tél : 02.56.52.53.11 domitilletherapi@gmail.com
Les personnes souffrant d’addictions hésitent souvent à consulter, soit par honte, soit parce qu'ils ne savent pas vers qui se tourner pour exprimer leur souffrance, soit par crainte d'être jugé ou rejeté, soit par peur que leur dépendance ne soit révélée à des tiers… Vous n'avez pas à culpabiliser face à votre dépendance ! Les addictions touchent tous les milieux socio-culturels et toutes les tranches d'âge. En effet, c'est souvent un enchaînement de circonstances qui mène à l'addiction,  plutôt qu'un désir initial de se "nourir" de substances psychoactives ou de comportements inadaptés, dangereux ou destructeurs.... Votre thérapeute peut vous accompagner dans votre démarche de sevrage, vous soutenir et vous conseiller, vous aider à surmonter vos doutes, vos craintes et vos souffrances, et vous orienter si nécessaire vers des structures et des protocoles de soins adaptés à votre situation… Il y a forcément une solution !
Définition de l’addiction  L’addiction   est   un   rapport   pathologique   qu’une   personne   entretient avec une substance ou un comportement. L’addiction   se   rapporte   autant   à   la   consommation   de   produits   qu’à des conduites répétitives. En    dépit    de    la    motivation    et    des    efforts    de    la    personne    pour    y échapper,   et   malgré   sa   conscience   aiguë   des   risques   d’abus   et   de dépendance, l’envie demeure constante et irrépressible.
    2 types d’addictions  Les   addictions   à   une   substance   psychoactive   concernent   les   substances licites   (tabac,   alcool,   médicaments   psychotropes)   ainsi   que   les   substances illicites (cannabis, opiacés, cocaïne, amphétamines, etc). Ces   addictions   sont   celles   dont   on   parle   le   plus,   qui   sont   connues   du   grand public, et qui bénéficient d’une prise en charge depuis de longues années. Les   addictions   comportementales   désignent   quant   à   elles   certains   troubles du   comportement   alimentaire,   le   jeu   pathologique,   les   achats   compulsifs,   les consultations      répétées      d’astrologues      ou      de      voyants,      l’utilisation problématique   d’Internet   ou   des   jeux   vidéo,   le   surentraînement   sportif,   les addictions sexuelles ou au travail, etc… Ces    addictions    s'installent    donc    sans    que    l'on    consomme    de    substances particulières.   Cependant,   il   ne   faut   pas   se   voiler   la   face   ni   minimiser   les dégâts   qu’elles   peuvent   causer,   car   outre   leur   inquiétante   recrudescence   au cours   de   ces   dernières   années,   elles   engendrent   de   grands   bouleversements dans la vie de ceux qui en sont victimes.
De l’usage simple à l’addiction… L’usage   simple   d’une   substance   ou   d’un   comportement   est   celui   qui   ne pose    aucun    problème    pour    le    sujet    et    les    autres,    qu’il    s’agisse    de    son entourage   proche   ou   de   la   société.   Seul   le   plaisir   occasionnel   motive   cet usage. L’usage     à     risque     l’est     par     les     circonstances     particulières     de     la consommation   ou   du   comportement.   Malgré   le   risque   encouru,   la   personne choisit de ne pas modifier ses agissements. L’abus   signifie   que   la   consommation   ou   le   comportement   est   utilisée   de façon   inadaptée,   entraînant   des   retombées   négatives   ou   une   souffrance significative. Ce trouble reste réversible sous l’effet de la volonté du sujet. Quant   à   la   dépendance,    elle   vient   marquer   la   perte   de   liberté   de   s’abstenir de    consommer    et    entraîne    un    malaise    physique    et    /ou    psychique.    La personne   dépendante   perd   le   contrôle,   va   augmenter   progressivement   sa consommation   pour   obtenir   le   même   effet,   et   ressentir   un   manque   en   cas d’abstinence.
Faites le point, soyez objectifs : Lisez les affirmations ci-dessous et tentez de repérer si certaines d’entre elles se rapportent à votre situation.
Je    résiste    difficilement    à    l’impulsion    d’entreprendre    de    façon    répétée    un comportement spécifique. Je ressens de la tension ou de l’excitation avant de débuter le comportement. J’ai un sentiment de plaisir ou de soulagement en entreprenant le comportement. J’ai l’impression de perdre le contrôle pendant la réalisation du comportement. Rien    ni    personne    ne    peut    m’arrêter    avant    ou    pendant    la    réalisation    de    ce comportement. Je   réduis,   retarde,   remplace   ou   abandonne   des   activités   importantes   ou   de   loisirs pour assouvir mon comportement. Je    poursuis    ce    comportement    malgré    ma    connaissance    des    risques    encourus concernant    ma    santé,    mes    finances,    ma    vie    familiale,    sociale,    amicale    ou professionnelle. Je   me   sens   agité,   irrité,   agressif   ou   angoissé   si   je   suis   dans   l’impossibilité   de poursuivre mon comportement. Je   fais   des   efforts   répétés   pour   réduire,   contrôler   ou   arrêter   mon   comportement, sans y parvenir. J’ai     des     pensées     récurrentes,     plusieurs     fois     par     jour,     concernant     mon comportement, et le désir de pouvoir le réaliser au plus vite. Je   passe   et   perds   beaucoup   de   temps   à   préparer,   réaliser   ou   récupérer   des   effets de mon comportement. Je    réalise    mon    comportement    de    façon    plus    fréquente    et    importante    que    je l’envisageais initialement. J’ai     sans     cesse     besoin     d’augmenter     la     fréquence     ou     l’intensité     de     mon comportement pour obtenir une satisfaction identique. Je    vis    mon    comportement    dans    le    secret    le    plus    total,    avec    la    crainte    d’être démasqué et jugé négativement par autrui. Je    suis    capable    de    mentir    ou    d’opposer    des    arguments    contradictoires    pour minimiser   ou   justifier   les   causes   ou   les   conséquences   de   mon   comportement,   à quiconque tenterait de me raisonner ou de me dissuader. Je ressens un sentiment de honte, de dégoût, de profonde solitude, de tristesse…